Que se passe-t-il donc dans ces cerveaux?

Il y a des sujets qui m’inspirent, et quand c’est le cas, je pourrais écrire des pavés dessus. C’est d’ailleurs ce que je m’apprête à faire, alors réservez votre prochain quart d’heure et sortez vos lunettes de lecture ! J’ai envie de revenir sur le jeu d’horreur The Evil Within, sorti en octobre dernier (dont j’avais rédigé une critique ici si le coeur vous en dit). C’est plus particulièrement sur son scénario assez obscur et plein de questions sur lequel j’ai envie de m’attarder aujourd’hui. Aussi, place aux théories farfelues et aux interprétations diverses ! Et vu la façon dont l’aventure principale et les deux DLC sortis jusqu’ici ont expliqué les choses, autant dire que le sujet paraît vaste et libre… [bien évidemment, attention : SPOILERS PARTOUT!]

theevilwithin-plot-1
Sebastian n’est qu’un pion : Ruvik est aux commandes, ou presque…

S’il y a une chose qui me paraît claire au bout du compte, c’est que le héros du jeu de base, l’inspecteur Castellanos, n’est qu’un pion manipulé comme une vulgaire pièce de jeu d’échec. Si des extraits de son journal nous permettent de le connaître un peu plus en revenant sur des éléments clés de son passé, il ne fait que subir tous les événements, et il n’approche de la vérité qu’à la fin (une fois qu’il est trop tard en fait…). La vérité, c’est que le véritable coeur de l’histoire, c’est Ruben Victoriano, qui officie sous le pseudo Ruvik. On ne peut pas vraiment dire qu’il est le héros, étant donné qu’il passe le plus clair de son temps à essayer de tuer Sebastian, mais tout ce qui se passe se raccorde à lui, à son histoire et à ses intentions. Aussi, le scénario a non seulement décidé de lever le voile sur un passé sombre (la famille Victoriano, et en particulier le fils), mais surtout d’en faire la pièce maîtresse de l’intrigue (sans Ruvik, rien de tout cela ne peut se produire).

Comme révélé dans les deux DLC sortis (The Assignment et The Consequence) dans lesquels on joue la mystérieuse Juli Kidman, collègue distante de Sebastian, il y a même d’autres partis qui en savent bien plus que l’inspecteur qui entrent en jeu. D’une manière assez tarabiscotée, mais tout de même intéressante et relativement plausible dans ce contexte, nous avons donc affaire à un énorme complot autour d’une technologie révolutionnaire (même si pour le coup, on ne nous a jamais expliqué ce qui, à terme, était si extraordinaire concrètement…) : le STEM, machine qui sert à interconnecter les consciences. Quelque part, il suffit de penser au film Inception dans lequel les gens pouvaient vivre des rêves partagés, sauf que dans The Evil Within, les choses tournent bien plus mal et que l’idée de base n’est pas de trouver les secrets des gens. Initialement créé par Ruben Victoriano, puis co-développé avec le Docteur Jimenez qui a vite fait de s’en approprier les mérites, le STEM a en réalité fini entre les mains de l’organisation Mobius (qui y voit un moyen de contrôler les gens à travers leurs peurs). Mais les choses se compliquent encore puisque plusieurs modèles (du prototype à la version high tech) ont été construits et utilisés…

En réalité, l’aventure que nous vivons dans le jeu principal est presque secondaire par rapport à toute l’histoire centrale (celle du STEM et des jeux de pouvoir et de contrôles que la machine provoque entre les différents partis impliqués). Sebastian n’est donc qu’une victime, connectée au STEM sans le savoir, qui va enchaîner les situations horrifiques et surréalistes. Bien évidemment, on apprend quand même qu’il n’a pas été choisi au hasard, ce qui lui redonne une certaine importance : l’importance relative de servir de diversion, telle une marionnette utilisée par un camp contre un autre. Ironiquement, c’est plus ou moins l’histoire de Leon dans Resident Evil 4, autre jeu créé par Shinji Mikami, dix ans plus tôt, et dans lequel on trouvait déjà une « collègue » mystérieuse qui travaillait pour une organisation encore plus mystérieuse. C’est dans les vieux pots qu’on fait la meilleure soupe apparemment…

theevilwithin-plot-2
Portrait(s) de famille(s)…

Les histoires familiales tragiques sont aussi au coeur de l’histoire, en premier lieu à cause de la vie pas très joyeuse du petit Ruben Victoriano. On ne le découvre réellement qu’au chapitre 9, puis 10 dans le jeu (sur 15 chapitres en tout). Ce qui nous permet d’ailleurs d’y voir un peu clair sur une partie de l’intrigue pour la première fois ! Ruben était le cadet d’une famille religieuse, qui faisait des dons à l’église et à l’institut psychiatrique (l’hôpital Beacon) de sa ville (Krimson City). Il était surdoué mais aussi bizarre, ce qui fait que dès son plus jeune âge, il s’est intéressé aux expériences sur les autres êtres vivants (qui de fil en aiguille sont devenues des humains kidnappés). Il s’est d’ailleurs spécialisé dans l’étude des cerveaux (avec tout le charcutage que cela a impliqué…). Ses recherches sont restées longtemps secrètes, et seul le Docteur Jimenez (de Beacon) les a découvertes, et encouragées : en effet, il a été fasciné par le projet du STEM, machine capable de connecter les cerveaux et donc les consciences.

Socialement, Ruben ne s’entendait qu’avec sa grande soeur, Laura. C’était la seule à l’aimer et à passer du temps avec lui. Très peu de choses sont dites sur sa mère, qui semblait néanmoins l’aimer (ce qui n’a pas empêché le bougre de l’éliminer en même temps que papounet…). Aussi, lorsque des paysans furieux du rachat de leurs terres par la riche famille ont mis le feu à une grange, gravement brûlé Ruben et tué Laura par accident au passage, le garçon s’est isolé de plus en plus. Il s’est renfermé avec frénésie sur ses recherches, en faisant d’ailleurs payer une partie des coupables (ou tous ?). Son père a caché sa survie, l’enfermant à la cave. Il l’a rejeté en découvrant ses recherches. C’est là que le fils a décidé un jour d’éliminer le « poids parental », en faisant passer le tout pour un accident. Mais comme si cela ne suffisait pas, il a fallu que son associé, le Docteur Jimenez, s’approprie peu à peu son travail (en publiant les recherches sur le STEM en son nom), et en développant la machine au nez et à la barbe de Ruben pour l’organisation Mobius, alors que Ruben en perdait peu à peu le contrôle. Sa tentative de rébellion ne mena nulle part, et sa vie se finit toujours aussi mal : charcuté vivant à son tour, parce qu’il avait tout fait pour que le STEM ne puisse fonctionner qu’avec ses ondes cérébrales…

Seulement, Mobius et Jimenez n’avaient pas prévu le hic : si le corps de Ruben est mort, dans son cerveau, utilisé comme « serveur central » du STEM, subsistait son inconscient torturé (par le passé, par la mort de Laura, par ses recherches, par le sentiment de trahison, par la douleur d’avoir été lentement tué, par la fureur et la soif de vengeance). D’où un problème majeur : toute personne connectée au STEM subit la colère de Ruvik et meurt rapidement. Si au début, ce petit monde ne comprend pas pourquoi ses cobayes (venant de l’hôpital psychiatrique pour la plupart) meurent aussi vite, l’idée que le problème vient du cerveau central a vite fait de germer. Et ils font des découvertes intéressantes en essayant de contourner le problème :
– le premier patient capable de survivre au monde torturé du STEM et de Ruvik est le jeune Leslie Withers. Il a été traumatisé par une tragédie familiale (dont on ignore l’ampleur), mais qui l’a mis dans un état suffisamment grave pour le faire interner… Leslie possède une connexion unique avec Ruvik, le rendant capable de, peut-être, contrôler le monde instable du STEM, ou en tout cas, d’échapper aux pièges de Ruvik.
– puisque les patients de l’hôpital meurent aussi rapidement que des petits pains chauds se vendent, d’autres cobayes sont utilisés (enlèvements, notamment de personnes fouinant trop près dans les dossiers de l’hôpital). L’idée est alors d’utiliser des cobayes différents des malades mentaux, et particulièrement des personnes qui seraient aptes à se défendre et donc à survivre un certain temps dans le STEM (parfait pour occuper Ruvik !). D’où la présence de Joseph et de Sebastian, entraînés dans la machine par Mobius, à travers Kidman (leur espionne dans la police de Krimson City).
– Il est impliqué que des personnes au traumatisme familial passé seront plus « réceptives » au monde torturé du STEM, grâce à leurs « points communs » avec Ruvik. Les cobayes seraient donc aussi choisis pour leur passé (tout du moins, une partie d’entre eux). Kidman est par exemple une orpheline avec très peu de souvenirs de son enfance, qui était une délinquante à la dérive. Quant à Sebastian, il a quand même perdu sa fille dans un incendie, avant de faire face à la disparition inexpliquée de sa femme ! Et on a déjà tous compris que Leslie avait été traumatisé par une histoire familiale sûrement au moins aussi triste… D’ailleurs, Ruvik exprime même momentanément de la pitié envers l’inspecteur, en pointant du doigt le fait qu’il n’est qu’une pauvre victime entraînée dans cette horrible histoire.

theevilwithin-plot-3
Le monde instable du STEM : influences et portée

Pour commencer, il existe plusieurs versions du STEM. Il y en a apparemment une chez Mobius (sur laquelle Jimenez et Ruben avaient tous deux travaillé, avant que Jimenez ne le fasse emprisonner, et que derrière son dos, Mobius le fasse charcuter). Et il y en a une cachée à Beacon (l’hôpital psychiatrique). On apprend dans les DLC que dans la (les ?) première(s) version(s) de la machine, les gens devaient être connectés physiquement à la machine. On les voit ainsi souvent allongés dans une baignoire avec un fil branché à leur nuque. Mais dans les DLC où l’on suit Juli Kidman, on nous dévoile une avancée technologique assez inquiétante : il est possible de connecter quelqu’un « en wifi » (ce qui veut dire qu’en gros, n’importe qui peut se faire happer dans la machine à n’importe quel moment s’il est dans son champ de fréquence). En revanche, je vous avoue ne pas être sûre de qui possède quelle machine, à quel stade d’avancée high tech, mais il semblerait que ce soit le STEM de Beacon qui soit doté de la fonction « sans fil ».

Cela m’amène d’ailleurs à un autre point sensible du STEM. Il a des effets secondaires visibles, qui affectent ses victimes aussi bien dans la réalité que dans le « monde virtuel ». Premièrement, si l’on meurt dans le STEM, on meurt d’une crise cardiaque dans le monde réel (Jimenez en est la preuve). Ensuite, il est précisé dans des documents que l’on peut trouver en cours de jeu, que des patients connectés au STEM et revenus dans la réalité, ont continué à souffrir d’hallucinations peu après leur « débranchement ». De manière plus évidente, il y a surtout les importants maux de tête accompagnés par un son strident qui affectent Sebastian et Joseph plusieurs fois en cours de jeu. On peut noter qu’à chaque fois que c’est le cas, un changement important s’opère dans les environnements : les personnages peuvent être expédiés à un autre endroit du monde du STEM (c’est d’ailleurs souvent dans ces moments qu’ils sont séparés de force). On pourrait aussi arguer que Ruvik n’est pas étranger au phénomène, puisque c’est lui qui apparaît souvent en personne dans ces moments là pour nous éjecter Sebastian ailleurs (cela dit, il le fait aussi parfois sans son strident et maux de tête, alors…). De plus, ce fameux phénomène peut avoir lieu sans Ruvik, puisqu’il suffit de penser au tout début du jeu, dans la voiture de police (première manifestation du son, avant d’arriver à l’hôpital psychiatrique). Mais j’y reviendrai plus bas. Enfin, notons que Kidman n’est pas affectée par tout cela (elle semble tout simplement ne pas entendre le son strident par exemple). Il se trouve que Mobius lui a fait une injection qui la protège de ces effets secondaires indésirables.

Néanmoins, Kidman est baladée comme les autres d’un endroit à l’autre du STEM avec tous les changements de décors et d’ambiance que cela implique. Aussi, qui dirige le monde virtuel ? Qui provoque tous ces changements ? La réponse la plus évidente est Ruvik. Il se plait d’ailleurs à nous répéter « j’ai créé ce monde, je n’en suis pas prisonnier ». Aussi, il a un fort contrôle sur tout ce qui se passe, et effectivement, une grande partie des environnements et des monstres sont son oeuvre. On apprend par exemple que Le Gardien (alias Safehead) représente le vol de ses recherches par Jimenez et Mobius, ou encore la femme araignée n’est autre qu’une projection de sa soeur Laura (qui ne peut être vaincue efficacement que par le feu). De même, les « âmes » perdues qui constituent les ennemis du jeu sont les victimes du STEM qui craquent face à la pression (quand ils ont réussi à ne pas se faire tuer). Quelque part, on peut percevoir cela à travers le personnage de Joseph qui se transforme parfois quelques secondes (ou minutes dans les DLC de Kidman), avant de revenir à la normale. Le résultat d’une faille, d’un moment d’abandon et de désespoir ? C’est difficile à dire puisque Sebastian est affecté une fois en fin de jeu et s’en lamente (parce qu’il semble vouloir résister) : on dirait donc que Ruvik peut essayer de pousser les transformations malgré la volonté des victimes.

Ruvik, en tant que cerveau central, a donc façonné la plupart des environnements, ennemis et boss de cet univers. Cependant, il n’est pas le seul à nourrir ce monde. Toute personne connectée a une influence (consciente ou inconsciente ? Je dirais plutôt inconsciente, ce qui ferait toute la différence avec Ruvik qui sait exactement comment manipuler ce qui l’entoure). Concrètement, dans le premier DLC de Kidman, on découvre qu’un des environnement du jeu (le village juste avant l’église) est lié à l’enfance de la jeune femme. Aussi, il est probable que tous les autres chapitres ne soient pas uniquement le fruit de la psyché tordue de Ruvik. Par exemple, on sait que des personnes liées à l’église en ruines ont été enlevées (peut-être les passages dans cet environnement sont-ils donc liés à elles). Tous les flashbacks et projections que voit Sebastian d’autres victimes viendraient donc des autres victimes. Même choses pour Kidman (qui a d’ailleurs plusieurs projections de Sebastian). J’avais lu dans un article une théorie qui expliquait que les armes trouvées par Sebastian étaient dues à sa volonté de se défendre et à ses connaissances, et finalement, cela paraît plausible (pourquoi Ruvik lui aurait donné des armes après tout ?).

Enfin, il y a la question de « l’hôpital mental », soit le point de sauvegarde et le lieu où améliorer les capacités du héros sur une chaise électrique. Cet endroit a tout l’air d’être un refuge : Sebastian s’y retrouve souvent quand il tombe, perd connaissance, et évidemment à chaque fois qu’il passe devant un miroir (ou presque). C’est le seul endroit où l’on se sait en sécurité (même s’il s’y passe parfois de drôles de phénomènes). Autrement dit, Ruvik n’y a pas d’influence (ou alors, une influence extrêmement limitée). Ce qui tend à prouver que d’autres personnes contribuent bien à alimenter l’univers du STEM et que certaines ont même réussi à construire quelque chose d’imprenable pour Ruvik (ou en tout cas, de temporairement imprenable…). Il me paraît difficile de dire qui a crée l’hôpital. Je ne pense pas que ce soit Sebastian lui-même : il ne connaît pas l’hôpital, ni la mystérieuse infirmière Tatiana qui s’y trouve. En revanche, ses souvenirs (enquêtes ?) lui permettent d’y remettre des pièces du puzzle en place, en y découvrant des avis de recherche et autres coupures de journaux (peut-être aussi dus au passage d’autres victimes du STEM par ce lieu ?).

Sur internet, j’avais aussi lu une théorie qui disait que cet hôpital était une création de Leslie (lui qui est habitué aux hôpitaux et qui, en tant que patient de Beacon convoité par Mobius, avait peut-être déjà rencontré Tatiana pour finir par la projeter dans ce refuge). D’ailleurs, cela va de paire avec l’idée qu’il est très spécial, et que comme Ruvik, il pourrait avoir une très grande influence sur le STEM (sauf qu’il n’est pas assez stable mentalement pour en avoir conscience, ou en tout cas pour prendre les pleins pouvoirs). Quoi qu’il en soit, au fur et à mesure qu’on approche de la fin du jeu, le refuge devient en apparence de moins en moins sûr. Par exemple, Tatiana disparaît et nous y laisse seul, avec moins de lumière. Les murs et plafonds se fissurent de tous côtés, comme si l’hôpital mental était prêt à craquer à tout moment. Sebastian se demande même à voix haute si « c’est lui qui a fait ça ? ». Cela semble confirmer que Ruvik attaque l’endroit pour essayer d’y entrer, afin de ne laisser aucun répit à ceux qui arrivent à échapper à sa vue.

C’est d’ailleurs certainement ce qui se passe : dans le dernier chapitre, Sebastian n’a plus accès à ce refuge, et les moments de sauvegarde se font directement à l’endroit où il se trouve. La question est : est-ce parce que Leslie a craqué (et donc, son refuge n’existe plus), ou est-ce parce que Sebastian lui-même est en train de craquer ? J’avoue pour une fois pencher pour la deuxième hypothèse, pour deux raisons :
– premièrement, Sebastian s’est momentanément transformé peu de temps avant, ce qui montre que Ruvik a un contrôle de plus en plus grand sur l’inspecteur (et peut-être que Sebastian finit en parallèle par céder au désespoir et à la peur)
– deuxièmement, Sebastian perd l’accès au refuge peu de temps après avoir découvert que Tatiana était elle aussi une personne disparue. Peut-être comprend-il, au moins inconsciemment, qu’il a lui-même été enlevé et que le refuge n’est pas réel.
– enfin, rien n’exclut aussi qu’en parallèle, le refuge n’ait pas implosé de toute façon (Leslie ayant été contrôlé plusieurs fois par Ruvik, comme vu dans les DLC de Kidman)

theevilwithin-plot-4
Le véritable but de Ruvik : « il cherche la même chose que nous »

L’une des grandes révélations du scénario concerne les motivations de Ruvik. Si tout est fait pour nous faire croire qu’il a soif de vengeance, on apprend qu’en réalité, ce n’est pas son but ultime (bien que cela en fasse évidemment partie à mon avis). Initialement, Ruvik n’est que l’ennemi principal, le maître de ce monde, qui va tout faire pour mettre des bâtons dans les roues aux survivants qui parviennent à avancer trop longtemps à son goût. Cela va d’ailleurs de paire avec l’idée de « distraction » créée par Mobius. En effet, en envoyant des personnes expérimentées comme Joseph ou Sebastian dans la machine, l’organisation sait par avance qu’elles vont faire des vagues et que Ruvik va finir par devoir prendre les choses en main. Aussi, cela détourne l’attention de l’antagoniste principal, qui se consacre alors à la mise à mort de Joseph et de Sebastian, directement ou indirectement. En réalité, la plupart du temps, c’est indirectement : en séparant les alliés, en envoyant Sebastian ailleurs, en lui imposant un boss, etc… Quoi qu’il en soit, Mobius pense ainsi pouvoir mettre la main sur Leslie, autre élément clé de ce monde, afin d’arrêter Ruvik.

C’est d’ailleurs là le gros point de discorde entre Mobius et son employé, le Docteur Jimenez (on ne l’apprend que dans les DLC). Mobius veut Leslie pour s’en servir pour contrôler le STEM. Aussi, toute leur implication dans le scénario, c’est qu’ils forment plus ou moins une « mission de secours » pour aller récupérer Leslie. En effet, le jeune homme a été connecté par Jimenez en secret à Beacon. De son côté, le docteur a décidé d’utiliser Leslie pour détruire l’esprit de Ruvik et « purifier » le STEM de son influence. C’est d’ailleurs pour cela qu’on le retrouve en train d’essayer « d’aligner des ondes cérébrales » (celles de leslie et de Ruvik ?) en chapitre 8 (si je ne me trompe pas de numéro). Il s’exclame alors que « ça marche », et l’on peut effectivement voir les décors changer (comme si l’influence maléfique de Ruvik disparaissait). Malheureusement pour Jimenez, l’expérience n’est pas concluante plus de quelques secondes, et il découvrira plus tard qu’il avait tout faux sur les intentions destructrices de Ruvik.

Leslie est non seulement une clé pour Mobius et pour Jimenez, mais c’est aussi une clé pour Ruvik. L’antagoniste du jeu n’est pas indifférent à la présence du jeune homme, et a bien compris que sa particularité était importante. La connexion qui existe entre eux, et qui n’est d’ailleurs jamais réellement explicitée (ondes cérébrales similaires ?), est une solution miracle pour Ruvik. Il y voit le moyen de sortir du STEM, lui qui n’est plus qu’un cerveau qui sert de serveur central à sa machine. Son but est donc d’utiliser Leslie pour revenir dans le monde réel. En d’autres termes, il veut remplacer la conscience de Leslie par la sienne, et ainsi s’approprier son corps, afin de pouvoir se réveiller et sortir du STEM, comme toutes les victimes en ont la possibilité. Mais le fait qu’il soit capable de contrôler ce monde et qu’il persiste à essayer de tuer tous ceux qui s’y connectent cachent son véritable but aux yeux des autres.

Jimenez est le premier à le comprendre (mais il meurt quelques secondes plus tard), et Sebastian n’a que des miettes d’explication qu’il ne comprend qu’une fois que Ruvik atteint son objectif (à moins qu’il ne les ait comprises avant, et qu’il ait décidé de protéger Leslie malgré tout, mais ce n’est pas très explicite dans le jeu, tant l’inspecteur a l’air « perdu ». Aussi, je pense qu’il n’a pas compris le but de Ruvik avant de le voir « tuer » Leslie). Il ne reste donc que Kidman, qui s’acharne à essayer de tuer Leslie, une fois qu’elle a compris que Ruvik était tout proche du but. Sauf qu’elle a à peu près tout le monde contre elle : Ruvik (pour des raisons évidentes), Sebastian (qui veut sauver Leslie), Joseph (qui suit Sebastian, sans compter sur ses dangereuses pertes de contrôle) et bien évidemment Mobius (qui lui somme d’obéir et de leur ramener Leslie). Une petite parenthèse sur Mobius justement : ils semblent avoir une certaine influence dans le STEM, ce qui, en théorie, n’est pas logique, puisqu’ils y ont seulement connecté Kidman (qu’ils jugent dispensable si quelque chose devait lui arriver). Pourtant, ils communiquent avec elle, et semblent savoir ce qu’elle fait dans le STEM. Deux possibilités : ils sont effectivement capables d’établir une communication avec quelqu’un de branché (peut-être simplement en parlant à la personne inconsciente, en direct du monde réel), ou cela est dû au STEM et aux peurs de Kidman (et c’est donc le fruit de son imagination, et une réalisation inconsciente de la façon dont Mobius l’utilise, un peu comme Sebastian résout son enquête peu à peu).

theevilwithin-plot-5
Destruction de cerveaux et niveaux d’inconscience : alors, on est sorti ou pas ?!

Quoi qu’il en soit, dans ces divers aspects du scénario, la plus grande question est à mes yeux : est-on sorti du STEM à la fin ? En effet, après avoir aidé l’ami Sebastian à traverser des dizaines d’épreuves de l’horreur, j’avoue que j’aurais aimé savoir si le pauvre homme a réussi à s’échapper de ce cauchemar interminable ! Et c’est on ne peut plus ambigu, même si, sans trop me l’expliquer, j’aurais tendance à faire pencher la balance envers le « oui » (mais peut-être est-ce simplement dû au fait qu’après tous ces chapitres de l’enfer, je trouve que Sebastian a vraiment mérité son ticket de sortie 😛 ). Cependant, il y a que les DLC ont, quant à eux, font douter de la possible fin heureuse du jeu principal. La révélation que le STEM est capable de brancher quelqu’un en « wifi » pourrait bien être le détail qui tue. Mais concrètement, qu’est-ce qui se passe donc dans ce monde et ses strates d’inconscience ?

C’est de ce côté que j’essaie de trouver une explication « rationnelle » (tant bien que faire se peut…). Il m’apparaît que, comme dans le pas-immédiatement-limpide Inception, il existe plusieurs niveaux d’inconscient (comme il existait plusieurs niveaux de rêve dans le film). Aussi, à différents moments clés, Sebastian va s’enfoncer plus profondément dans l’univers malsain du STEM, avant d’en ressortir par étapes (ce qui n’est pas sans soulever certaines question vis à vis d’un certain cerveau, mais je vais y revenir). Il y a plusieurs façons d’interpréter les choses, à commencer par le tout début de l’histoire dans la voiture de police : est-on dans le STEM ou pas ?
– Initialement, je pensais qu’on ne l’était pas. On se rendait sur les lieux d’un crime (à l’asile psychiatrique), où l’on se faisait alors assommer par un Ruvik, qui aurait réussi à manifester ses pouvoirs hors du STEM sur un champ géographique limité.
– Seulement, comment aurait-ce pu être possible vraiment ? Ruvik n’est plus qu’une conscience préservée dans le STEM qui rêve justement de sortir à l’extérieur. Aussi, après la découverte du STEM avec option wifi, je pense qu’il est clair que Sebastian rentre dans le STEM quand il est en voiture et est pris de maux de tête à cause d’un certain son strident (c’est chronologiquement la première fois qu’on l’entend).

De là, Sebastian a donc atteint le premier niveau d’inconscient, où Ruvik commet des massacres sur d’autres malheureux policiers connectés : tous ceux qui étaient à portée du wifi du STEM (et qui avaient vraisemblablement été appelés sur les lieux d’un faux incident, monté de toutes pièces par Mobius ?). Le STEM a par ailleurs été allumé par Jimenez, qui s’y est connecté en même temps que Leslie (dans l’espoir d’aller détruire Ruvik, sans demander l’avis de Mobius). À peine arrivé dans le monde virtuel (et sans même s’en être encore rendu compte), Sebastian a été assommé par Ruvik, pour se réveiller dans la chambre de torture du Sadique. Deuxième niveau d’inconscience ? Il doit alors s’échapper pour trouver la ville qui s’effondre et survivre de justesse. Il se réfugie temporairement dans l’hôpital de sauvegarde, avant de se réveiller à nouveau, dans l’ambulance en flammes. Ce réveil pourrait correspondre à un troisième niveau d’inconscience (ou pas, puisqu’on peut arguer qu’il se réveille pile là où il s’était « endormi », et qu’il s’était « endormi » seulement pour se protéger temporairement dans son refuge mental). Quoi qu’il en soit, il y a donc au moins deux niveaux d’inconscience à mon avis.

Sebastian remonte lesdits niveaux seulement à la fin du jeu. La première fois, c’est quand il bat le boss final (Ruvik aux commandes de la « grosse bête »), et se retrouve dans une baignoire (il s’y était déjà aperçu à travers des plaques de verre). Il est donc remonté d’un niveau. Il se débranche alors, se lève et détruit immédiatement le cerveau de Ruvik avec un coup de pied bien senti… Sauf que je pense qu’il détruit seulement une projection de son cerveau, étant donné qu’à ce moment, il est clair que l’inspecteur n’est pas du tout dans le monde réel (aussi, comment pourrait-ce être le véritable cerveau ?). Il se réveille à nouveau, branché dans une autre baignoire, et Kidman lui fait signe de faire le mort, parce que les gens de Mobius sont là et n’ont visiblement pas l’intention de laisser de témoins derrière eux (même si Sebastian ne sait rien sur Mobius, il peut déjà en révéler pas mal sur le STEM, Beacon, Jimenez et toutes ces petites activités illégales). Il entre dans le jeu de Kidman (malgré leurs différends, mais a-t-il vraiment le choix ?), et il revient à lui un peu plus tard. Il peut sortir, maintenant qu’il n’y a plus de trace de Mobius, qui a déjà quitté les lieux, avec Leslie, Kidman, et le cerveau de ce monde …ou de ce niveau d’inconscient !

En effet, c’est là que se pose LA question. Ce deuxième réveil branché à une machine est-il significatif d’un retour à la réalité, ou est-il simplement (et malheureusement) seulement un retour au premier niveau d’inconscience ? Le jeu n’est vraiment pas clair à ce sujet, et il y a autant d’arguments pour que d’arguments contre. Je suppose d’ailleurs qu’il n’y aura pas de réponse, même dans le troisième DLC (consacré au gardien alias Safehead), et que seul un éventuel The Evil Within 2 pourrait éclairer notre lanterne. En attendant, libre à nous d’interpréter cette fin ouverte et énigmatique à notre sauce…

theevilwithin-plot-6
1- Sebastian est bien sorti du STEM :
– Lorsqu’il revient à lui, Mobius est présent. Or Mobius a envoyé Kidman régler leurs petites affaires. Aussi, il n’y aurait aucune explication claire quant à la présence de toute leur troupe dans le premier niveau d’inconscience pour récupérer Leslie (ils veulent Leslie dans le monde réel, non ?).
– Dans la fin du deuxième DLC, Kidman active par ordinateur le réveil de Sebastian, et lui dit « bienvenue dans le monde réel » (ou alors, elle aussi se plante complètement).
– Quand Sebastian se lève, les corps de Leslie et Kidman ont disparu des baignoires (ils ont été emmenés par Mobius), et le cerveau de Ruvik a certainement été emmené lui aussi (ce qui montre encore une fois que le cerveau détruit par Sebastian n’est qu’une projection d’un autre niveau).
– Sebastian sort de l’asile, et il n’y a plus de monstres, mais des forces armées qui interviennent sur place.
– Il y a des cadavres, ce qui n’est pas forcément logique (Ruvik ne pouvait pas tuer en dehors du STEM en théorie). À moins que ces cadavres ne soient des personnes mortes dans le STEM, et donc mortes d’une crise cardiaque dans le monde réel (un peu comme le Docteur Jimenez dont on voit le corps sans vie dans une baignoire).
– La ville est de nouveau entière (alors qu’elle avait bien morflé dans le monde virtuel…).
– Seulement, Sebastian aperçoit Leslie qui s’en va en marchant et disparaît vraisemblablement… mais cela pourrait être un des effets secondaires mentionnés dans les documents sur le STEM. Venant d’être débranché, il est possible qu’il souffre temporairement d’hallucinations.
– Visuellement, ce monde est bien plus « bleu » que les environnements précédents, qui restaient baignés de teintes rougeâtres.

2- Sebastian n’est toujours pas sorti du STEM, et se trouve dans le premier niveau d’inconscience :
– il a pu réellement se réveiller quand Kidman lui a fait signe, mais ne pas réellement revenir à la surface après ?
– il y a des tas de cadavres dans l’entrée de l’hôpital, alors qu’on pouvait douter du fait qu’il y ait véritablement eu un massacre (plutôt une mise en scène de Mobius pour faire intervenir des forces qui se sont ensuite retrouvées aspirées dans le STEM à cause du wifi). Aussi, cela pourrait être un signe qu’on est toujours dans le monde virtuel, surtout qu’il y a du sang par terre, et des crises cardiaque ne devraient pas laisser de sang de toute évidence (mais cela pourrait néanmoins faire partie de la mise en scène de Mobius aussi, et peut-être l’organisation s’est-elle même sali les mains pour mettre en marche son plan).
– Aucun des policiers ne semble voir Leslie marcher vers la sortie. Pourquoi les policiers laisseraient-ils donc un malade mental s’en aller tranquillement ?
– Leslie disparaît vraisemblablement, à la manière de Ruvik (il est plutôt clair à ce stade que Ruvik a pris possession du corps de Leslie). Mais il est impossible que Ruvik ait de quelconques pouvoirs dans le monde réel !
– Sebastian est pris d’un mal de tête soudain et entend le son strident, significatif du STEM et apparemment de la connexion en wifi…

Alors l’inspecteur est-il toujours connecté ? Ou vient-il d’être reconnecté ? Ou cela ne signifierait-il pas une troisième possibilité ? S’il est le seul à voir Leslie/Ruvik, ce dernier ne serait-il pas dans sa tête ? Sebastian n’aurait-il donc pas lui aussi, comme Leslie, une connexion spéciale vis à vis de Ruvik ? Reste que dans le deuxième DLC, on voit Leslie se réveiller (bien avant Sebastian), et ce Leslie est théoriquement déjà Ruvik, vu que ce dernier a déjà liquéfié Leslie. D’ailleurs, Kidman en a-t-elle informé qui que ce soit, elle qui voulait empêcher Ruvik de sortir à tout prix ? Ou, désabusée parce qu’elle n’était finalement elle aussi qu’un pion dispensable de Mobius, a-t-elle choisi de faire l’autruche pour laisser Mobius dans le pétrin ? Après tout, elle a sauvé Sebastian en dépit des ordres, et on ne sait pas si Mobius a réellement su ce qu’elle a vu dans le STEM (puisqu’on ne sait pas si tout venait de son imagination). Et puis, dans tout ça, quid du grand souffre-douleur, nommé Joseph ?! On n’a jamais su s’il avait survécu ou pas… Bref, ce sont des questions secondaires à ce stade, puisqu’il m’est d’avis que la solution de la fin se trouve bel et bien dans une des deux options de base : sorti ou pas encore sorti. Et comme je l’ai déjà dit, j’aurais pour l’instant tendance à penser que Sebastian est sorti.

le premier réveil (à droite)
le premier réveil (à droite)

Questions supplémentaires, tant qu’à faire…

Enfin, avant de passer à la conclusion, j’ai envie de revenir sur certains petits détails. On peut par exemple se demander comment Sebastian a fini connecté au STEM. En effet, même s’il a été branché par « wifi » comme cela semble être le cas dans la voiture, il se réveille bel et bien physiquement branché à la machine les deux fois. Il s’agit peut-être bien de ces rares moments de lucidité qu’il a en début de jeu, et qui, sur le moment, nous embrouillent plus qu’autre chose (vu que dans les premiers chapitres, on n’a pas assez de clés en mains pour comprendre ce qui se passe). Par exemple, avant d’accéder pour la première fois à l’hôpital mental, Sebastian a une sorte de vision en « rouge et gris » où il voit un docteur et une infirmière l’emmener sur un brancard dans une salle (salle qui se trouve d’ailleurs être la même que celle où Laura apparaît pour la première fois dans le monde virtuel, pour l’anecdote). On peut supposer qu’à ce moment, il se réveille à moitié de sa connexion wifi, avant d’être illico presto renvoyé dans le monde du STEM (puisque Mobius veut l’utiliser indirectement pour faire diversion). Quant au monstre à deux têtes qu’il voit, il n’est évidemment certainement pas réel. Mais Sebastian étant déjà connecté, sa vision est certainement troublée par des hallucinations (et le monstre pourrait bien toujours être le docteur et l’infirmière par exemple). L’inspecteur a le même genre de vision plus tard dans le jeu, dans ces mêmes tons rouges et gris, et hallucine un Docteur et Kidman. Je pense que c’était aussi un début de réveil, avant d’être renvoyé aussitôt dans le monde virtuel (au point qu’il a même une projection de lui-même en train de se tirer dessus).

Enfin, il reste cette histoire de marque sur la main de plusieurs employés de Mobius. Certes, on le voit surtout dans le monde virtuel, mais Kidman semble bel et bien marquée dans le monde réel à la fin. Marquée par qui/quoi et pourquoi ? On ne le sait pas encore trop bien. Mais cela signifierait-il qu’elle est maintenant bien plus vulnérable au monde du STEM ? Allez savoir… Cela s’accompagne aussi de la révélation de la présence de Myra, la femme de Sebastian, que ce dernier n’a plus revue depuis plusieurs années, la soupçonnant d’être morte (suite à un courrier envoyée par cette dernière). La question est de savoir si Myra a été connectée au STEM parce qu’elle fouinait d’un peu trop près dans les affaires de Beacon et de Mobius, avant de finir embrigadée d’une manière ou d’une autre (elle semble en effet assez haut placée, et n’a pas l’air de broncher face au fait que son mari a été connecté à la machine et laissé là-bas pour vraisemblablement mourir). Ou jouait-elle finalement un double jeu depuis le début ? À quel point Sebastian a-t-il donc été trahi sans le savoir ? J’ai quand même du mal à croire que Myra ait pu passer l’éponge sur la mort de sa fille, qui a visiblement été causée parce qu’elle enquêtait à la base. De ce fait, la première théorie semble plus sensée à l’heure actuelle (à moins qu’on ne finisse par apprendre que la fille a survécu en secret 😛 ). Mais on en revient toujours à la même conclusion : il n’y aura pas de réponse concrète s’il n’y a pas de suite au jeu (ou si le troisième DLC ne nous éclaire pas, mais je doute qu’il puisse faire la lumière sur tous ces mystères d’un coup !).

le deuxième réveil
le deuxième réveil

Conclusion : J’ai beaucoup aimé ce jeu, et son scénario tarabiscoté et obscur ne m’a pas dérangée. Au contraire, je l’ai trouvé extrêmement intrigant, même si je ne vous cache pas une certaine déception initiale face au final ambigu et aux mystères non résolus. Néanmoins, j’aime quand une intrigue nous fait réfléchir d’une façon ou d’une autre. Aussi, même si en soi, ce n’est pas une histoire qui va révolutionner le monde des jeux-vidéos, j’ai vraiment adoré l’immersion dans ce monde. Surtout que la mise en scène était absolument géniale, ce qui n’a fait que sublimer les idées de départ (comme quoi, ça a son importance !). D’où mon envie de revenir dessus dans un article, pour moi aussi, théoriser dans mon coin d’internet sur ce que j’ai compris et sur la façon dont j’interprète les grands mystères du jeu.

7 réflexions sur “Que se passe-t-il donc dans ces cerveaux?

  1. Pierre

    Merci pour cet article ! Je pense que t’es bien le seul à proposé un résumé/analyse complet du jeu et des 2 dlc 😛
    Tu propose des idées intéressantes. J’aurais aimé trouver plusieurs articles du même genre pour recouper les avis mais tant pis on se contentera de ce qu’on a. J’espère alors que Sébastian est toujours dans le stem (le pauvre) ou bien qu’une partie de son subconscient subsiste dans l’esprit de leslie dans le monde réel et cohabite avec celui de ruvik et donc qu’il y aura une suite 😛 on peut rêver ahahah

    1. De rien 🙂 J’étais aussi étonnée qu’il n’y ait pas plus d’articles sur le scénario. Ce qui m’avait aussi motivée pour écrire le mien.

      J’espère aussi une suite (il me semble que les gens de Bethesda avaient l’air plutôt positifs sur le fait de créer une suite ; mais ce n’est sûrement pas une priorité s’ils s’y attèlent à mon avis). D’ailleurs, s’ils font une suite, j’espère aussi retrouver Sebastian en protagoniste (ou au moins, quelque part dans l’histoire) vu qu’il nous manque des réponses en ce qui le concerne.

  2. Ton article est vraiment super. C’est là qu’on réalise l’ampleur du scénario et l’intérêt qu’il a, mais ça nous fait également réaliser à quel point ils se sont chiés sur l’écriture parce que c’est pas du tout ce qu’il en ressort quand on fait le jeu…

    D’ailleurs, en lisant ça aujourd’hui, j’ai beaucoup ri quand tu dis : « à moins qu’on ne finisse par apprendre que la fille a survécu en secret ». Tu ne pouvais pas viser plus juste apparemment haha !

    1. Merci ! 🙂

      Ouais, j’ai fait de la prédiction sans le vouloir. Du coup, ma théorie ne tient plus trop la route, zut ! 😛 (enfin, a priori, parce qu’on ne sait jamais quelle explication ils vont nous pondre pour Myra).

      Pour le coup, comme j’adore réfléchir aux scénarios de manière compulsive, j’avoue que l’écriture du jeu ne m’a pas trop gênée (même si, un peu plus de clarté ne lui aurait pas fait de mal, il est vrai). Ce que je trouve dommage, c’est qu’en fait, les DLC étaient assez indispensables pour en savoir plus ! (Je ne les ai pas achetés car je suis anti-DLC une fois que j’ai payé un jeu 60€ ; j’ai regardé un let’s play du coup, et heureusement ! Mais c’est moyen de faire passer des infos aussi importantes dans des ajouts « facultatifs ». Quelqu’un qui démarre TEW2 sans avoir connaissance des DLC risque de ne rien comprendre. Enfin, je suppose, vu que Mobius a l’air très présent d’après les bande-annonce).

      1. À vrai dire je suis comme toi, je n’ai pas acheté les DLC non plus parce qu’en général je suis contre (je fais seulement quelques exceptions pour les jeux qui m’attirent le plus, ou alors j’achète directement les éditions complètes). Du coup j’ai regardé des let’s play mais j’en ai peu de souvenirs, j’espère ne pas être trop perdu en commençant le 2.

  3. Ping : Parlons-en #1 : The Evil Within, un survival-horror marquant malgré ses défauts – Break Culture

  4. Guitard

    Bonjour, étant en plein bouclage de The Evil Within premier du nom (clairement bien après la bataille) et désireux d’obtenir des éclaircissements sur son scénario, j’ai écumé Google à la recherche d’articles sur le sujet. Je tenais à vous féliciter car j’en ai lu plusieurs et le votre est sans aucun doute le plus complet et le plus pertinent.
    En plus de ça il aura eu fonction de miroir vers ce blog, qui va sans doute me servir de salle de sauvegarde pendant quelques temps.
    J’ai pas encore lu grand chose d’autre pour l’instant, la critique de The Evil Within forcément, celle du premier jeu Resident Evil ainsi que la page de présentation. C’est très bien écrit, ça fait même sourire parfois tant c’est drôle et subtil.
    Je sens déjà que je vais découvrir des trucs intéressants surtout au niveau de tout ce qui est pop culture hors jeux vidéo, car ce sont souvent ces derniers que je priorise.
    J’ai vu qu’il y avait le film Silent Hill mais pas les jeux, j’ai cru comprendre que vous avez une certaine appréhension à y jouer. Honnêtement au jour d’aujourd’hui le premier ne fait plus vraiment peur, enfin ses graphismes à la limite car ils ont vraiment subi les outrages du temps. Surtout en comparaison du premier Resident Evil qui grâce à ses décors pré-calculés s’en tire encore maintenant avec les honneurs alors même qu’un remake flamboyant est passé par là… Pour revenir à Silent Hill et vu le goût que vous semblez avoir à théoriser les jeux, je vous le conseille car même s’il a vieilli, il reste un classique ne serait-ce que pour la bande-son ou la puissance émotionnelle de certaines scènes plus tragiques ou tristes que vraiment angoissante au final. Si c’était un film il tiendrait plus du drame que de l’épouvante. Même si vous avez déjà vu l’adaptation cinématographique avant c’est pas gênant, j’ai aussi commencé par là…
    Voilà dans d’autres genres, les jeux qui me semblent avoir des théories intéressantes sont Final Fantasy VIII, le tout récent XV également, si on va du côté du plus ou moins indépendant il y a aussi Hotline Miami, Firewatch, Everybody’s Gone To The Rapture/Dear Esther ou encore Hatoful Boyfriend.
    Voilà je retourne à la lecture, merci pour ce que vous faites et passez de bonnes fêtes.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s